dimanche 24 avril 2011

Quelles leçons Marketing retenir de l’industrie du X ?


marketing x
Cet article est une libre traduction d’un article de David Risley, du Blog éponymwww.davidrisley.com.
David y présente les mécanisme du secteur du X, un des secteurs les plus en avance sur le Web, et les conséquences que nous pouvons en tirer dans le secteur du Web Marketing.
Il mène ainsi une réflexion sur l’avenir des Blogueurs et des vendeurs de produits numériques en prenant comme référence la récente histoire l’industrie du X sur le Web… une industrie qui a toujours été à la pointe de l’innovation Technologique et Marketing…
Pourquoi choisir de publier cet article ?
Tout simplement car j’ai encore discuté avec le Web Marketeur d’un site B2C français très connu qui a exercé son Art (le Marketing bien entendu !) dans le X pendant plusieurs années, et il m’a encore une fois confirmé que le X était vraiment 1 à 3 ans en avance sur les techniques marketing, car la concurrence y était extrêmement féroce (SEO black hat, vol de nom de domaine…).
Il faut tout d’abord savoir que le X a été présent dès les débuts du Web… Le nom de domaine Sex.com a été réservé dès 1994 par le fondateur de Match.com (http://en.wikipedia.org/wiki/Sex.com), et revendu plus de 13 Millions de dollars en 2006.
Dès le début le X a été innovant avec la notion d’abonnement et la création de listes de prospects (les 2 clés d’un business récurrent), mais également en mettant en application le concept du “Give To Get” (donner du gratuit pour vendre ensuite du payant), ce qui reste encore une des bases de nombreux sites dans tous les secteurs.

L’Age d’Or des sites X est peut être derrière nous…

 
En effet selon Brad Gosse, qui a été une des locomotives dans l’industrie du X sur le Web aux USA, le X ne rapporte plus autant…
La boite de Pandore a été ouverte lorsque justement de nouveaux arrivants ont commencés à offrir du gratuit à outrance (au début de simples images), afin d’attirer ensuite des prospects.
Le problème que cela a donné un effet “boule de neige” et que tous les acteurs du secteur ont du donner du gratuit…
Et d’une situation où un peu de gratuit était offert, les éditeurs de sites Web ont commencés à donner beaucoup, beaucoup de gratuit…
Quand la vidéo à commencé à remplacer les images, cela a donné la même chose, sauf qu’à cette époque le coût de l’hébergement de vidéos était très élevé et pouvait coûter plusieurs dizaines de milliers de dollars / mois… ce qui permettait de mettre des barrières à l’entrée pour les nouveaux arrivants.
Mais avec la baisse des coûts de bande passante tous les sites X se sont mis à offrir de plus en plus de vidéos gratuites… A tel point que certains sites comme Youporn et Pornhub proposent maintenant des heures et des heures de vidéos totalement gratuites et de très bonne qualité…
L’industrie du X en ligne a ainsi franchi la ligne qui sépare le “un peu payant” du “tout gratuit”…
Car comment voulez vous faire payer quelqu’un pour un contenu qu’il peut facilement obtenir gratuitement !
Or c’est ce qui commence à arriver dans le monde du Marketing On line : il y a encore 6 ans il y avait très peu de contenu de qualité sur Internet… et donc un marketeur qui produisait du contenu de qualité et qui proposait ensuite des services payants arrivait facilement à vendre ses produits…
Mais depuis la quantité et la qualité des Blogs, des ebooks, des vidéos tuto… commencent à faire penser que nous allons dans la même direction.
Le problème actuel n’est pas la qualité du contenu, mais la visibilité et la distribution de ses Produits & Services.
Mais en même temps c’est normal : c’est ce que nous répétons sur ConseilsMarketing.fr depuis des années : il faut écrire de la qualité, apporter de la valeur… pour ensuite convaincre de son expertise… Et cela marche, car c’est actuellement comme cela que l’on attire du trafic ciblé.
Le problème se situe au même niveau que dans l’industrie du X : à quel niveau arrêter de faire du gratuit pour pouvoir vendre ensuite du payant lorsque les internautes deviennent de plus en plus connaisseurs et exigeant  ?

Le Gratuit va t’il  sonner la fin du Payant ?

Mais c’est là que David Risley apporte la petite touche qui montre que l’esprit “Give To Get” ne va pas nous mener à notre perte…
En effet la solution a déjà été trouvée dans l’industrie du X, car vendre des vidéos X n’arrive plus à générer suffisamment de revenus…
Le nouveau business des sites X c’est le Streaming Live : en effet les internautes sont prêts à payer non pas pour des vidéos de meilleure qualité, mais pour du Live !
Ces clients sont prêts à payer non pas pour voir des vidéos, mais pour de l’accès direct et du temps…
En effet autant la qualité de la vidéo ou la beauté des filles n’est plus une barrière à l’entrée, autant le temps d’une personne reste une ressource limitée… donc rare… donc chère !
De plus avec le Live, les internautes ont accès directement à une personne, en lui demandant d’agir et de réaliser leurs fantasmes… fantasmes pour lesquels ils sont prêts à payer cher et même dans le cas de certaines filles de devenir de vrais fans (cadeaux, connexions journalières…) comme s’ils partageaient la (triste) vie de ces filles…
Et c’est un peu ce que l’on retrouve actuellement avec les Web Séminaires “Live” en marketing, où des experts comme nous donnons des conseils, mais surtout lorsque nous passons ensuite de longues minutes à répondre aux questions précises et pointues d’internautes…

Quelles sont les leçons à retenir ?

1 – Pour vendre quelque chose, il faut offrir quelque chose qui procure un désir, quelque chose que l’on ne peut pas avoir “gratuitement” ou sans effort… comme par exemple le temps d’un consultant qui travaille sur votre problème !
2 – Pour Motiver les prospects à acheter il faut rappeler que les places seront limitées, et que s’ils ne se décident pas vite ils pourraient repartir bredouille… Le fondateur de Sex.com l’a bien compris, car en créant Match.com il a “vendu” l’accès à des vraies filles, ce qui a bien plus de valeur…
3 – Pour inciter à l’achat on ne peut plus se contenter d’un contenu “cheap” qui ne donne pas une idée de la qualité du contenu payant… La course à l’armement, à la qualité des “teasers” va devenir importante. Pour s’en convaincre il suffit de voir tous les sites utilisant des Pop up pour proposer l’enregistrement à leur newsletter… On va vite arrive à la saturation de ce genre d’outils…
4 – Pour vendre, il faudra miser sur son expertise ou avoir une image / eRéputation forte, car entre deux produits identiques, la recommandation d’une “Star” ou d’un “Gourou” fera la différence. Les produits avec un mauvais marketing, mais un bon contenu auront de plus en plus de mal à vendre… Comme dans Highlander, seuls les meilleurs pourront rester…
5 – Pour gagner sa vie sur le long terme, rien ne vaut un “Club Privé” qui assure des revenus récurrents, et ainsi permet d’éviter d’être toujours à la chasse de nouveaux prospects… Mais pour y arriver il est nécessaire de justifier d’un contenu unique et à forte valeur ajoutée par rapport au contenu “gratuit”… L’innovation pouvant venir d’un logiciel, d’un addon Wordpress… accompagné de Coaching groupé / individuel, ou encore la création de MasterMind (petits groupes de personnes triées sur le volet qui se rencontrent en Live ou via le Web).
6 – Pour convaincre ses clients, il faut savoir commencer “petit” avec un produit d’entrée de gamme (gratuit ou peu cher) et faire de la masse, pour ensuite vendre des produits de plus en plus onéreux mais à une cible de plus en plus étroite… mais à chaque fois il faut que le produit vaille bien le prix dépensé, sinon la déception et la frustration seront au rendez-vous…

En Bonus : Quelles leçons retenir de l’industrie du Poker ?

poker fermé
Pourquoi parler du Poker après le X ?
Tout simplement après une autre discussion avec mon fameux “repenti” du Marketing du X, qui m’avait indiqué que de nombreux experts de ce secteur s’étaient lancé il y a 3 ou 4 ans sur le Poker, car le secteur était bien plus rentable.
Pour preuve les demandes très régulières de sites pour nous acheter des liens en dur pour plusieurs centaines d’euros…
Or ce qui est intéressant, c’est de voir comment les sites de Poker ont joués pendant très longtemps au chat et à la souris avec les autorités américaines en hébergeant leurs comptes bancaires et les sièges de leurs sociétés en dehors des USA… Ces sites se sont crus hors la loi et intouchables car sur le Web on est “anonyme” et sans véritable adresse…
Jusqu’au 18 avril où le FBI a tout bonnement fermé les sites (voir l’actu sur FrenchWeb) et gelé les comptes bancaires…
Cette information rappelle que nul n’est sensé ignorer la Loi, et qu’au final l’état fini toujours par récupérer son bien…
Avis à tous ceux qui fraudent avec des comptes en Angleterre en oubliant une partie de leurs revenus, à ceux qui vendent des produits “arnaques”… un moment donné il faudra payer !
Source http://www.conseilsmarketing.fr

Pas d'argent, pas de temps, pas de stratégie, pas de visibilité !

Et donc… pas de sous. Voici le cercle vicieux du référencement. Mais d’ailleurs, ce cercle infernal n’est-il pas commun à bien d’autres sujets ?
Internet est un média assez particulier. La culture du gratuit et de la rapidité s’est essaimée à une vitesse incroyable. Il faut avouer que ces deux promesses font rêver.
Mais dans les faits, Internet n’est pas une entité virtuelle déconnectée de la vraie vie…
Pas de stratégie, pas de budget... pas de résultat

Dans Internet, il y a quoi ?

Ceux qui font le contenu du net, c’est vous, c’est moi, de vrais humains de chair et d’os, ce sont des entreprises, faites elles encore d’hommes, mais aussi de bilans.
Le contenu du net, ce sont donc des vies humaines. Facebook, les millions de forums, les divers réseaux sociaux, regorgent du détail de nos passions et de nos préoccupations.
Le contenu du net, ce sont aussi des millions de pages qui présentent des offres commerciales. Ici ce constructeur de maisons, là-bas cette agence web, à côté ce restaurant, plus loin ce commerce de logiciels. En présentant leur activité sur Internet, ces entreprises ont un but, développer leur notoriété.

Le fossé du ROI (Return On Investment)

Entre ces pipelettes qui racontent leurs vies sur FB ou le blog du passionné de maquettes en allumettes, et les entreprises qui souhaitent recueillir des contacts et du business, il existe une différence notable. Pour le deuxième groupe, leur site se doit d’être rentable.

Comme un capitaine sans carte

Malgré ce besoin de rentabilité, le point qui m’étonne le plus souvent lors des premiers contacts avec certains prospects (je parle d’entreprises), c’est qu’elles n’ont pas déterminé de budget pour la réalisation de leur site.
  • Iriez-vous dans une agence immobilière sans savoir de combien d’argent vous disposez pour acheter une maison ?
  • Allez-vous dans une agence de voyages sans idée de budget pour vos vacances ?

Mais le pire, c’est que l’on parle d’entreprises

  • Embaucheriez-vous un nouvel ingénieur sans budgeter son salaire et ses charges ?
  • Changeriez-vous une machine-outil sans avoir prévu ses coûts et son amortissement ?
Pourtant, certaines entreprises veulent un site, mais n’ont pas prévu de budget. Le constat que j’ai pu faire au fil des années, c’est que dans ce cas, elles ne savent pas vraiment pourquoi elles veulent un site. Leur projet aboutit rarement au succès.

Comme un bateau sans voile

L’autre constat fréquent, c’est qu’une fois la décision prise de mettre en oeuvre un site, aucun budget n’est prévu pour le promouvoir. Et pourtant :
  • En achetant les voitures de vos commerciaux, vous n’avez pas prévu de budget carburant ?
  • En commandant des imprimantes, vous n’avez pas prévu qu’il faudrait des cartouches d’encre ?
Un site sans promotion, c’est comme une voiture sans essence, il ne permet pas d’aller très loin…

Je veux que ça marche, mais je ne m’en donne pas les moyens.

Je dois avouer que tous ces cas réels que je rencontre continuent de m’étonner à chaque fois. Autant je peux comprendre qu’un amateur se lance sur le web pour échanger sur sa passion. Autant j’ai du mal à comprendre que des entreprises se lancent au petit bonheur la chance.
À mon sens, pour une entreprise, un site n’est pas une danseuse, ce n’est pas un petit plaisir que l’on se fait, c’est un véritable outil destiné à terme à accroitre le chiffre d’affaires ou au pire, la notoriété.

Bien évidemment, toutes les entreprises n’ont pas les mêmes objectifs.

J’ai bien conscience que pour certaines, un site n’est qu’une plaquette commerciale simple, destinée à rassurer des clients acquis. Elles ont un site pour faire comme tout le monde. Le positionnement de celui-ci sur Google est sans grande importance tant qu’elles sont visibles sur leur propre nom.
Mais dans les faits, je croise très peu ce type de profil. Dans la plupart des cas, les sociétés veulent un site pour générer des contacts qu’elles se chargeront ensuite de transformer en clients.

Je veux que cela me rapporte gratuitement

Dans ce cadre, le site Internet, c’est un vendeur de plus, c’est un responsable de la communication, c’est un employé de plus, son seul avantage, c’est qu’il travaille 24h/24 sans vacances et sans jamais tomber malade, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut le laisser livré à lui même.
Quel employé travaillerait sans salaire, sans moyens, et rapporterait quelque chose à l’entreprise ?

A méditer :

Vous souhaitez lancer votre entreprise sur le net ? STOP !
Posez-vous un moment, prenez le temps de la réflexion, renseignez-vous. Une stratégie Internet bien conçue pourra probablement vous faire gagner des tas de choses, de l’image, des contacts, du CA.
En revanche, si vous lancer à l’aveuglette peut sembler moins couteux au départ,  le réveil peut  être douloureux. Le constat sera sans doute tout bêtement que vous devez tout reprendre à zéro. Votre investissement initial risque d’être totalement perdu. Si ce n’est que l’on peut toujours tirer parti de ses échecs…

Pour se convaincre de l’utilité du web pour une PME

En résumé :

Il m’arrive souvent de conseiller à des prospects qui nous appellent, de patienter pour se constituer un vrai budget ou élaborer une vraie stratégie, plutôt que de se lancer avec des bouts de ficelle.  Se planter, même en investissant peu, reste toujours un échec.

samedi 23 avril 2011

L’emailing traditionnel est mort, vive l’emailing transactionnel

Ça y est, c’est fini. L’email tel que nous l’avons connu et aimé, est mort. C’est une lourde perte, qui sera grave de conséquence pour bon nombre de nos petites entreprises mais c’est la vie, et comme on dit, « the show must goes on »

Ce n’est pas le Web 2.0 et les réseaux sociaux qui ont finis par l’avoir, notre bon vieil email. Non le mal était déjà ancré, profondément et depuis de nombreuses années. Ce mal c’est le spam. Comme toutes les maladies parasites, le spam en soit n’est pas responsable de la mort de l’emailing, mais avouons que sans lui, rien de tout cela ne serait arrivé.
Non, le remède a été pire que le mal, et ce sont les moyens mis à la disposition de la lutte pour nos boîte propres qui ont eu raison de l’email.
Alors, que c’est il passé ? Pourquoi l’email est il mort ?
Je ne vous fais pas l’historique de la lutte antispam, lisez les anciens billets, ils sont là pour cela.

Les nouveaux filtres comportementaux individuels :

Les filtres comportementaux globaux analysent vos campagnes et surtout comment les gens réagissent à vos emails. Ouvrent-ils, téléchargent-ils vos images, cliquent-ils vos liens, est ce qu’ils se désabonnent ou est ce qu’ils font des plaintes. Suppriment-ils vos emails sans même les lire ?
Les comportements des destinataires vont influer sur la délivrabilité des emails en attente de livraison. Si le comportemental n’est pas bon, le reste de la campagne finira en spambox. C’est une des raisons pour laquelle l’optimisation comportementale des envois était devenue quasiment obligatoire.
Avec l’avènement des filtres comportementaux individualisés, c’est le comportement de chacun qui va influer sur la délivrance de son courrier. Si votre destinataire ne réagit pas lors de la réception du premier mail puis des suivant, à force vos emails ne lui seront plus proposés, ils alimenteront directement sa spambox.
C’est donc le filtrage comportemental individualisé qui va tuer l’emailing tel que nous le connaissons.
L’emailing de communication ou d’information, globalisé, doit évoluer ou mourir. L’emailing traditionnel c’est fini, place à l’emailing transactionnel.

L’emailing transactionnel

Pour contrer ces nouveaux filtres, il faut donc transcender l’email basique et induire une réaction, obligatoire, à chaque envoi. L’emailing n’est plus un canal de diffusion brute et massive, il faut qu’il se personnalise et qu’il se recentre sur les destinataires. C’est le seul moyen pour obtenir un comportemental positif récurent.
C’est marrant parce que ce qui arrive, c’est déjà ce que je préconisais il y a 4 ans (une éternité en emailing) avec le concept d’opt-in permanent. (voir l’article de novembre 2006 : Définition de l’opt-in et de l’opt-out et lapremière image )
Tous les emaileurs, petits ou gros, qui n’ont jamais travaillés leurs bases qu’en diffusion de masse, sans se préoccuper des réactions comportementales des destinataires vont clairement se prendre en mur début 2011.
Les filtres individualisés sont aujourd’hui actifs chez les grands webmails. Gmail à lancé sa Priority Inbox mais Hotmail et Yahoo ne sont pas à la traine, loin de là. Les filtres sont testés et déployés, même si pas toujours déjà appliqués à toutes les boîtes.

Il ne vous reste que peu de temps

La base du système repose sur un apprentissage comportemental face aux mails reçus. Il faut donc tout de suite arrêter d’envoyer des emails ne générant pas de comportemental. Il ne faudrait pas perdre directement des points de comportement à cause de campagnes pas pensées pour cet objectif. On ne passe pas en 2 secondes de la communication de masse, plutôt centrée produit, à l’emailing transactionnel qui est une communication plutôt centrée sur le client. Fini les campagnes à la va vite où on pousse à tout le monde la même offre. Maintenant il va falloir (hyper)segmenter et envoyer du contenu désiré par le destinataire.
Il faudra donc connaître ses attentes, ses préférences, ses désirs, et les lui offrir dans des emails passionnants et passionnés. Votre destinataire n’est plus un numéro, il faudra communiquer avec lui, voire mieux, échanger.
Certes les outils pour vous aider à ce virage dans votre communication existent. Nous faisons depuis longtemps de la personnalisation, voire même de l’écriture conditionnelle dans les emails. A ceci, rajoutez une pincée depersonnalisation comportementale et s’il le faut un emailing piloté au travers des API de votre routeur et vous avez tous les outils pour passer à l’emailing transactionnel. Mais les outils ne vont pas faire le travail à votre place.
Le plus difficile sera de changer les pratiques marketing, les anciens réflexes idiots aujourd’hui devenus si dangereux. Non, il ne faudra plus lancer une promotion au dernier moment pour boucler le CA en retard à la fin du mois. Bon je rêve là ;-) mais au moins il ne faudra plus présenter les choses de la même façon.

La prime aux premiers bons élèves

Le système étant en place, ceux qui communiqueront efficacement bénéficieront d’une énorme prime qui consistera en une boite vide de bruit. S’il y a moins de mails en concurrence, cela fera plus de temps pour les mails restants.
Pour les retardataires, l’absence de comportemental positif va rapidement envoyer leurs emails dans les boites spams et cette fois ci, ils n’en ressortiront plus. Ce n’est absolument pas anodin, le temps est contre vous !Si vous n’avez pas amorcé le virage de l’emailing transactionnel pour la fin de l’année, vos envois de décembre, période connue pour l’abondance de ses emails non lus, vont définitivement sceller votre délivrabilité de 2011.

Et Ecommerce dans tout cela ?

Si vous vouliez profiter du salon pour choisir votre solution d’emailing, c’est raté. Trop peu d’acteurs ont réellement pris conscience de la révolution qui se trame, ou s’ils en ont conscience, le message n’est pas descendu jusqu’aux commerciaux.
Trop souvent leurs stratégies restent axées sur du volume, parfois à tout prix.
La stratégie de votre routeur doit aujourd’hui également entrer en ligne de compte.
Donc le salon doit rester l’occasion de prendre des informations mais ne vous précipitez pas, les enjeux sont trop importants pour choisir sur un coup de tête.

Source http://www.snipemail.com

dimanche 17 avril 2011

Les 20 choses qui ne doivent jamais apparaître sur votre site

Ce qui ne doit jamais apparaître sur votre site web


1. Aucune mise en valeur de vos services ou produits

Sur un certain nombre de sites, il faut naviguer de longues minutes a travers les differentes pages web avant de trouver le lien qui emmene sur la partie reservee a la presentation des services proposes. Il y a aussi des sites qui ne donnent aucune possibilite de demander de l'information, de commander les produits en ligne. Pourtant, ce n'est pas si difficile de mettre un formulaire de base sur votre site. Meme si vous ne savez pas comment utiliser les cgis, vous pouvez toujours employer un mailto ! Vous devez ABSOLUMENT donner le moyen a votre visiteur de commander chez vous, ou, au moins, de vous contacter.

2. De grandes images inutiles

Vos visiteurs recherchent l'information mais aussi la rapidite. Beaucoup de sites ont de grandes images inutiles qui ralentissent tout et n'apportent, bien souvent, rien a votre page. La taille de votre page de garde doit etre d'environ 20K images comprises ! Des planetes qui tournent, des collections de photos, de gigantesques logos, etc sont des fichiers qui ralentissent le chargement de votre page et qui pourraient etre utilisees d'une maniere plus utile. Mettez plutot du contenu.

3. "Bienvenu sur mon site"

Des phrases de ce genre, la repetition continuelle du nom de votre societe ou des phrases toutes faites ne font qu'embrouiller le message que vous devez chercher a faire passer. Votre page de garde ainsi que toutes les autres pages de votre site doivent commencer avec un titre suffisament interessant pour generer un interet aupres de votre visiteur. Apres avoir lu votre titre, chaque visiteur doit sentir un gain personnel dans la lecture de la page de votre site web.

4. Tout ce qui clignote, tourne, defile, compte, etc...

Il y a eu un moment ou ce genre de choses etaient nouveaux et inhabituels. Maintenant, cette epoque est revolue et tout ce qui tourne et bouge dans tous les sens est plutot ennuyeux et a eviter.

Quand au compteur, il est d'une utilisation strictement personnelle et n'a aucun interet pour vos visiteurs. De plus, la plupart des compteurs existants ont leur nombre de visites de traffique. En effet, qui accepte de commencer avec un seul visiteur ??

5. Des liens vers l'exterieur - surtout sur la page de garde

Avoir sur votre premiere page un lien vers d'autres sites est suicidaire. C'est comme posseder un bureau et avoir juste devant votre porte toute une serie de couloirs et de portes menant vers d'autres bureaux !!!

Quand un client potentiel arrive sur votre site web, pourquoi lui donner l'opportunite de partir immediatement et de ne jamais revenir ? Si vous desirez faire des liens, si vous devez faire des liens vers l'exterieur, faites-le sur une page speciale, une page uniquement dedicacee a ca et se trouvant enfouie au plus profond de votre site. Il doit etre possible d'y acceder uniquement apres avoir vue les pages importantes de votre site.

6. Concernant les Awards

La plupart des awards ont une origine assez douteuse et, bien souvent, ne signifient rien pour vos visiteurs. Un award ne se justifie que quand il a une certaine valeur de reconnaissance sur le reseau Internet, quand il n'est pas delivre automatiquement et sans aucune distinction et surtout quand il est generateur, en lui-meme, de visites.

7. Les erreurs de grammaire et de typographie

C'est une chose naturelle d'en faire. Beaucoup, oui, vraiment beaucoup de sites sont remplis d'erreurs aussi bien en ortographe qu'en grammaire. C'est une chose d'en faire quelques-unes mais c'est definitivement une autre chose d'en faire enormement. La qualite de votre redaction est a l'image (ou l'absence d'image) de votre professionnalisme. Une petite faute, ce n'est pas trop grave en soit ... mais ne pas faire attention a ce detail peut-etre aussi percu negativement par votre client... Apres tout, si vous traitez votre travail comme votre ortographe !

Utilisez donc les correcteurs orthographiques... ou mieux, faites verifier et corriger votre site par un ou une amie professeur de francais en echange d'un diner au restaurant !

8. Une surutilisation des "je, moi, nous, notre, nous-meme" et le nom de votre societe

Ces mots autogratifiants decouragent bien souvent vos visiteurs et provoquent souvent leur depart de votre site. Vous devez essayer de plutot utiliser des mots comme "vous", "votre" et "vous-meme". Avant de mettre votre site en ligne, utilisez un petit logiciel et comptez le nombre de "vous" que vous avez dans votre page ainsi que le nombre de "nous". Il faut absolument obtenir au moins un equilibre... l'ideal etant d'avoir plus de "vous", quand meme.

9. Raconter sa petite histoire

C'est surprenant de constater le nombre de sites commencant par des informations de ce genre "Toto SARL est une societe se situant en pleine Lorraine dans notre campagne francaise....". Mais, vraiment, qui est interesse par ce genre d'informations ???? De savoir ca, de dire ce genre de choses... est-ce que ca va changer quelquechose a la qualite de vos produits ou services ?? Si vous voulez, si vous devez mettre ce genre d'informations sur votre site, je vous conseille franchement de creer une page s'appelant, par exemple, "a notre sujet". Mais, je me repete encore, evitez d'inscrire ce style d'information sur votre page de garde.

10. Les cadres (ou frames)

Vous allez croire que c'est mon cheval de bataille prefere. Mais non, mais non ! Beaucoup de vieux navigateurs ne supportent pas les cadres, beaucoup de webmasters ne savent pas faire des frames lisibles par les navigateurs textes ou pour les personnes mal-voyantes. Beaucoup de moteurs de recherche n'indexent pas ou alors mal les trames et enfin, beaucoup de personnes font des cadres avec des fonctionnalites specifiques a Microsoft ou Netscape. Ce ne sont pas des arguments suffisants ?

Je vous invite, si vous voulez absolument faire des frames, de consulter ce manuel du W3C qui est la maniere officielle de les faire et de bien les faire :

11. Les panneaux "En Construction"

C'est une chose abominable a voir sur le site d'une societe qui se veut professionnelle. C'est vraiment une attitude que vous devez eviter sur vos pages. A ce sujet, consultez l'article dans La Lettre n° 7 et vous comprendrez facilement pourquoi vous devez eviter ces mots. Une personne qui decouvre le message "En Construction" se voit frustree d'un contenu et a toutes les chances de partir immediatement pour en savoir plus sur son sujet de recherche chez votre concurrent.

12. Les liens casses

Un lien casse, c'est avoir un lien vers un site exterieur ou une de ses pages et qu'au lieu de deboucher sur le fichier que l'on desire, on obtient un message du genre "erreur, page inexistante".

C'est une chose qui devrait etre logique mais malheureusement, les liens casses sont beaucoup trop frequents. Trouver sur le site d'une societe un lien casse est ennuyant, frustrant et surement pas professionnel. Pourquoi vexer ces visiteurs ??

13. Des images manquantes !

Encore une chose qui est d'une evidence... pourtant, il n'est pas possible de parcourir le web sans trouver un site ou il manque des images... meme sur les sites de grandes societes etablies.

14. La page de contact incomplete

C'est surprenant. Certaines societes recherchent des clients et esperent faire des affaires avec eux, tout en restant une societe anonyme sur le reseau Internet et difficilement joignable autrement que par email.

Pour maximaliser votre credibilite, vous devez fournir, a vos clients potentiels, vos coordonnees postales, telephoniques et Internet, et ce, d'une maniere aussi complete que possible.

. Donnez une adresse avec une rue et non pas une boite postale, . Fournissez un numero de telephone ou il est possible de vous joindre et de parler et non pas une boite vocale, . Enfin, proposez une adresse email ou il est possible de vous joindre en cas de probleme et non pas celle de votre webmaster.

15. Une page de presentation d'une longueur, d'une longueur infinie

Malgre la recherche continuelle d'informations chez les utilisateurs d'Internet, la plupart ne liront pas les pages d'une longueur exageree. Il est preferable de diviser votre page tres longue en plusieurs pages d'une longueur plus humaine. En outre, de cette facon, il est possible de separer les pages en themes ou sous-themes differents et d'aider vos visiteurs a cibler l'information qu'ils recherchent.

16. Cookie ou ne pas cookie ?

Les cookies sont des informations envoyees par le site et stockees sur votre ordinateur pour ameliorer l'interactivite.

Avec les cookies, il est possible de delivrer a vos visiteurs une information plus pertinente. Pourtant, beaucoup de personnes considerent les cookies comme une invasion de la vie privee. N'harcelez donc pas vos visiteurs avec des tonnes de cookies a tout instant. Si vous voulez absolument en mettre, essayez de vous limiter a un seul cookie par visite.

17. Les offres gratuites non satisfaites !

Vous pouvez faire des offres gratuites sur votre site afin d'obtenir les noms de vos visiteurs et leurs emails. Mais, vous pouvez le faire uniquement si vous etes capable de tenir, de satisfaire cette offre et quelqu'en soit le nombre demande ! Certains sites proposent des consultations gratuites ou un site ou un dessin gratuit, ... et sont incapables de satisfaire tout le monde. C'est vraiment tres mauvais pour leurs reputations. Si vous ne vous sentez pas capable de satisfaire tout le monde (10, 100, 1000 personnes voire plus)... prevenez des le debut, le nombre que vous pouvez satisfaire !

18. Les bons de commandes non securises

Il est comprehensible que certains d'entre vous n'ont pas acces a des repertoires securises pour transmettre des informations importantes. Dans ce cas-la, il ne faut pas demander des donnees sensibles comme le numero de carte de credit de votre client. Proposez a vos clients de vous appeler pour le transmettre ou bien de vous l'envoyer par telecopie.

Il faut encourager vos visiteurs a commander en ligne, il faut leur donner confiance et eviter de leur dire qu'il n'y a aucun risque quand ce n'est pas vraiment le cas.

19. Les plug-ins, java, fenetres apparaissant dans tous les sens

Un tres tres faible pourcentage de vos visiteurs prendra le temps de charger le plug-in, de reinitialiser son ordinateur et de revenir sur votre site. Ils iront plutot voir chez votre concurrent qui n'a peut-etre pas la derniere technologie a la mode mais qui est facilement visible.

Les fenetres apparaissant dans tous les sens, java, javascript et autres choses qui apportent une certaine interactivite. Ca peut etre interessant, ca peut etre un plus mais pour une societe, est-ce que c'est une bonne chose de rendre le deplacement de votre visiteur difficile et conditionne a l'utilisation au dernier navigateur du marche ? Votre visiteur ne vient pas voir comment vous savez rendre votre site interactif... il s'interesse plutot a votre offre.

20. Utiliser le travail des autres

Certaines personnes n'hesitent pas a reprendre les dessins, le contenu texte ou presentation d'autres sites... meme des fois, des concurrents directs. Il ne faut pas croire que, parce que sur Internet les informations sont gratuites, que l'oeuvre creatrice n'a pas besoin d'etre reconnue. S'il y a un dessin, une intervention que vous appreciez sur un site, n'hesitez pas a envoyer un email a l'auteur pour le lui dire et lui demandez l'autorisation de l'utiliser... il y a enormement de chances pour que ce soit accepte. Chris HEDE mailto:webmaster@idf.net

Source : Chris HEDE - Marketing Internet

vendredi 8 avril 2011

Comment faire de la veille concurrentielle avec Google Ad Planner

Google Ad Planner n’est pas seulement un outil pour créer des plans marketing, c’est également un outil qui vous permettra d’identifier les sites leaders d’un secteur d’activité et faire de la veille concurrentielle..

Analyse concurrentielle des Blogs Marketing

Par exemple, dans la capture d’écran au début de cet article nous avons listé les blogs issus du classement du Top Blogs Marketing de Wikio (ou du moins ceux que Google Ad Planner pouvait analyser car on peut observer que Google n’est pas capable d’analyser les blogs hébergés sur Typepad, Blogger… ou des blogs qui n’affichent pas de publicité type Adsense).
top blog marketing Wikio
Après une rapide comparaison entre ces deux classements on peut voir que ConseilsMarketing.fr a beau être N°1 chez Wikio, selon Google c’est le N°2 en termes de pages vues, voire N°4 si on parle de visiteurs uniques
De même , selon Google, Cédric Giorgi qui est classé 9ième chez Wikio n’obtiendrait que 1,7 K visiteurs uniques / mois, ce qui est peu pour le 9ème site marketing français (nb: il y a tout de même 15 000 pages vues / mois, ce qui permet de justifier un tel classement en prenant uniquement ce critère de sélection).
Si on analyse les statistiques en prenant cette fois en compte le classement des blogs selon les abonnés “FeedBurner” de VincenAbry.com, les chiffres sont très différents.
Il existe aussi un classement (payant) des blogs français http://www.topdesblogs.com, ou encore celui de Thierry Roget selon les bookmarks de Delicious.
En effet dans ce classement Marketing Alternatif affiche 6868 abonnés FeedBurner pour 6 400 visiteurs uniques / mois selon Google Ad Planner, ce veut dire qu’une partie des abonnés FeedBurner ne consulte jamais cet excellent site (nb: nous y sommes abonnés, et nous le consultons 4 à 5 fois / mois). Quant à Business Garden, il affiche 2745 abonnés Feedburner pour 11 000 visiteurs uniques Google, soit plus d’un quart des visiteurs abonnés au flux RSS… Ce chiffre peut être logique vu que ce blog ne propose pas d’abonnement via une newsletter “traditionnelle”, mais uniquement un abonnement via un flux RSS.
L’intérêt de Google Ad Planner, c’est de démontrer une fois de plus que faire des statistiques selon le classement Feedburner ne veulent pas dire grand chose: Nombreux sont ceux qui sont abonnés à des flux RSS mais qui les consultent qu’une fois de temps en temps, voire jamais…
Néanmoins, pour s’assurer de la pertinence des chiffres annoncés par Google Ad Planner, rien ne vaut une comparaison avec des chiffres réels de visites. C’est pourquoi, nous avons comparé les Statistiques de ConseilsMarketing.fr sur Google Analytics (monde entier) avec celles annoncées par Google Ad Planner (source mois de Juillet) :
statistiques visites conseilsmarketing.fr
La 1er chose qui choque c’est la différence entre les pages vues : selon Google Ad Planner c’est 30 000, et selon Google Analytics c’est 55 000 pages vues… Et pour les visiteurs uniques, c’est 9 400, alors qu’Analytics en dénombre 22 925
Avant de tirer des conclusions, il faut retirer les visiteurs étrangers des statistiques Google Analytics  (33% des lecteurs de conseilsmarketing selon Google Ad Planner,  28% selon les statistiques Google Analytics).
Au final cela donne 36 850 pages vues et 15 359 visiteurs (en prenant 33 % de visiteurs étrangers). On peut donc voir que les chiffres annoncés entre les deux outils sont très différents (surtout sur la notion de visiteurs uniques).
Il faut donc tirer comme conclusion que nous n’avons toujours toujours un outil de statistiques 100% fiable qui permettrait enfin de mesurer la véritable audience des sites internet !
Néanmoins, Google Ad Planner a l’avantage d’apporter un nouvel éclairage sur l’audience des sites internet les uns par rapport aux autres.
Mais le principal avantage de Google Ad Planner (à part faire des plans de communication), c’est d’obtenir une analyse concurrentielle en quelques minutes !
En effet en cliquant sur la petite icône “statistiques” on arrive à un écran qui permet de non seulement d’analyser ses visiteurs mais aussi celles des sites “concurrents” visités par ses lecteurs.
analyse site internet
Et bien entendu, rien de vous empêche de cliquer sur l’icône “statistique” de votre “concurrent” pour voir ses principales statistiques (visiteurs, mots clés…).

 Analyse concurrentielle des sites d’eCommerce

L’utilisation de Google Ad Planner pour savoir “qui est le champion” des bloggers n’est bien entendu pas le principal usage de cet outil… L’intérêt principal est de s’en servir en tant qu’eCommerçant.
Par exemple au niveau des leaders de l’ecommerce en France, on peut voir que Cdiscount écrase ses challengers en terme de visiteurs et de pages vues (Rueducommerce.fr c’est 55,9% des visiteurs de Cdiscount.fr selon Google Ad Planner) :
cdiscount.com : 3,4 Millions de visiteurs uniques,  98 Millions de Pages vues
rueducommerce.fr : 1,9 Millions de visiteurs uniques - 31 Millions de Pages vues
alapage.com : 830000 visiteurs uniques , 5,6 Millions de Pages vues
Ces chiffres sur le leadership de Cdiscount.fr  sont plus au moins corroborés par ceux issus de la FEVAD, où l’on voit que l’audience de rueducommerce.fr représente 57,5% de l’audience de cdiscount…
classement ecommerce fevad
Par contre au niveau des chiffres sur l’audience globale de ces sites, le décalage est plus important : Google Ad Planner nous parle de 3,4 Millions de visiteurs, et la FEVAD 5,5 M..
Certes, les mois de janvier, février et mars sont des sites traditionnellement plus actifs que juillet, néanmoins il y a quasiment 2 Millions de visiteurs d’écart pour Cdiscount.fr, et plus d’un million pour alapage.com (nb: pour ebay.fr la différence est moins forte : 10 Millions pour la Fevad, et 8,9 Millions pour Google Ad Planner).
En conclusion, cet outil n’est pas la panacée, mais il permettra aux eCommerçant d’évaluer leur position par rapport à leurs concurrents.

Analyse concurrentielle des acteurs clés de son secteur d’activité

Une question qui revient souvent sur internet, c’est de savoir qui sont ses principaux concurrents et si des nouveaux ne sont pas apparus depuis. Là encore Google Ad Planner peut vous aider à analyser un secteur d’activité complet.
Par exemple, prenons le cas d’un eCommerçant qui souhaite utiliser des comparateurs de prix (ou Shopbots) pour vendre ses produits.
Pour commencer il suffit d’utiliser la fonction de recherche de Google Ad Planner qui permet d’afficher les principaux leaders d’une catégorie en rentrant l’adresse d’un des acteurs (ici Kelkoo.fr et shopzilla.fr):
liste des comparateurs de prix leader
On arrive ainsi à une liste relativement complète des principaux acteurs d’une catégories que l’on connait, ce qui permet de les analyser (pages vues…)  et de savoir sur lequel annoncer :
site de comparaisons de prix
Mais, en plus d’annoncer sur les sites leaders, il est souvent plus intéressant d’être sur des sites “métiers” (ex: pour la déco de la maison…) afin d’obtenir plus de visibilité et des visiteurs plus ciblés.
Pour cela c’est très simple : il suffit de choisir un des sites dans la liste, de cliquer sur la petite icône “statistiques” pour obtenir les statistiques de ce site et de voir les sites liés (”also visited”).
petits comparateurs de prix
Avec ce petit travail on arrive à une liste complète, qui permet même d’inclure les sites d’ecommerce spécialisés dans votre domaine..Par contre il faut noter que les mots clés proposés par Google Ad Planner sont peu pertinents.

Petit tour d’horizon des sites les plus fréquentés…

Google Ad Planner permet également de faire un tour d’horizon des sites internet les plus fréquentés. Par exemple on voit que Chauffeurdebuzz.com réalise près de 680 000 visiteurs uniques par mois (soit près de 57 000 / jour!!), Wikio 910 000, et marmiton.org 1,3 Million, Fred Cavazza 26 000 visiteurs / mois, presse-citron 57 000 (bizarre que le chiffre soit si bas pour 290 000 pages vues)…
Au niveau des banques, le credit-agricole.fr avec 1 600 000 visiteurs dépasse la BNP et la Société Générale qui sont à égalité (1 200 000 visiteurs uniques)
Par contre on est un peu dubitatif lorsque l’on lit le nombre de visiteurs uniques de leboncoin.fr (3,5 M, soit la 19ième audience). Ce qui le placerait devant aufeminin.com, cdiscount.fr, laredoute.fr, over-blog.com…alors que ce site est relativement peu connu du grand public.
Au final le Google Ad Planner, en plus de permettre de réaliser des plans de communication, est un outil intéressant pour faire une analyse de son marché, d’identifier ses concurrents…  mais il faut encore prendre les statistiques annoncées avec précautions !
Source Marketing-internet